Déclaration liminaire à la CAP des greffiers des 29, 30 novembre et 1er décembre 2017

Téléchargez notre déclaration liminaire en PDF.

Déclaration liminaire à la CAP des greffiers

des 29, 30 novembre et 1er décembre 2017

L’administration procède à une nouvelle attribution de primes qui est une nouvelle provocation et une véritable manœuvre visant à diviser les agents entre eux et à favoriser les organisations catégorielles !

La DSJ tente de justifier le montant de 140 € pour les greffiers en raison d’un prétendu « gain » de 700€ en moyenne dû au rattrapage PPCR, gain moyen qui s’est élevé à 900 € dans une nouvelle tentative alambiquée de justification du DSJ. Ce qui est faux comme chacun pourra le constater sur sa fiche de paye…

Pour les greffiers fonctionnels, on voit venir l’administration : séduire les greffiers sur ces fonctions qui ne les attirent pas. Mais dans le même temps, c’est un nouvel aveu de l’exploitation des greffiers par l’administration : les greffiers fonctionnels font le travail des directeurs, mais n’auront au mieux que la moitié de leur prime, alors que le traitement des fonctionnels est déjà loin, voire très très loin du traitement des directeurs !

Voilà le traitement infligé par l’administration : pas grand-chose sur le compte en banque, mais une charge de travail sans cesse augmentée, dans des conditions qui ne font qu’empirer. Et bien sûr, tout cela, sans concertation aucune, à peine un simulacre, avec les organisations syndicales.

Ainsi en est-il des « chantiers de la justice », menés tambour battant, sans aucune transparence ni pour les fonctionnaires, ni pour les citoyens, avec un seul objectif : réduire encore et toujours le « coût » des services publics, entre autres en dématérialisant à tout va.

Mais aussi, nous l’avons appris par la presse en début de semaine, l’ouverture jusqu’à 20h des juridictions, en expérimentation dans deux d’entre elles.

Le « dialogue social » passe principalement par les juridictions administratives, et depuis le début du mandat de Jupiter, également par la presse. Il en est ainsi de ce que l’administration préfère appeler réseau plutôt que « carte judiciaire » étant donné les mauvais souvenirs laissés aux uns et aux autres par Dati.

En conclusion, le « privilège » du fonctionnaire est de pouvoir être de plus en plus maltraité, aussi bien financièrement que professionnellement : dégradation sans précédent des relations avec la hiérarchie, les magistrats, mais aussi au sein des services… Cette CAP en atteste parfaitement au regard des nombreuses situations dont nous ont saisi les collègues et les nombreux recours d’évaluation.

A cela s’ajoutent les mesures totalement injustes et inefficaces que sont le rétablissement du jour de carence et le gel du point d’indice.

N’en jetez plus, la coupe est plus que pleine, elle déborde !

Mise en Ligne