Audition de la CGT sur les chantiers de la justice

Le 5 octobre 2017, la garde des sceaux a annoncé en grandes pompes le lancement de 5 chantiers sur la justice. Novlangue, langue de bois, impossibilité de poser des questions, aucun document remis : le dialogue social et la transparence promis n’étaient pas au rendez-vous.
Pour chacun de ces « chantiers », deux chefs de file ont été désignés parmi lesquels 4 avocats, un patron de Bouygues (d’où sûrement le terme de « chantier »), 2 magistrats retraités, un professeur et 2 magistrats en activité. Constat : la part belle est faite au privé (la moitié des « chefs de file »), seulement deux agents salariés par le ministère de la justice et surtout aucun fonctionnaire.
Nous avons certes été entendus (de là à dire que nous avons été écoutés…) sur nos revendications, mais il était difficile de se prononcer sans avoir communication des projets… Dans les greffes l’inquiétude est grande au vu des nombreuses rumeurs qui courent. Continue Reading